Le poivre : de l’épice au médicament

par | 30 Juil 2021

Le poivre noir, du nom scientifique Piper nigrum Linnæus, est une plante médicinale précieuse. C’est l’une des épices les plus utilisées et connues dans le monde. C’est une liane à feuillage persistant cultivée sous les tropiques. L’essentiel de la production se fait en Inde et en Asie du Sud-est. Les grains de poivre sont les parties les plus exploitées de la plante. Le poivre noir est utilisé en tant qu’épice alimentaire pour sa saveur piquante et aromatique, ainsi que son pouvoir releveur de gout. Cependant il est aussi employé depuis des siècles en médecine traditionnelle en tant qu’agent médicinal et même en parfumerie.

La pipérine

Il contient un constituant chimique actif « la pipérine », un alcaloïde majeur piquant, connu pour posséder de nombreuses actions pharmacologiques intéressantes. Elle a été isolée pour la première fois en 1819 par un chimiste néerlandais Hans Christian Oersted.

Historiquement, le poivre noir est utilisé en Orient dans différents types de sauces et plats. Il est utilisé en médecine ayurvédique pour traiter les troubles gastriques, fièvres, maladies cardiaques, insomnies, douleurs articulaires et en médecine traditionnelle chinoise contre l’épilepsie. Des siècles d’utilisation en tant qu’aliment et remède traditionnel ont démontré son innocuité.

Ce que les études ont montré

Au cours des dernières décennies, le monde occidental s’est intéressé aux diverses activités pharmacologiques de la pipérine. En stimulant les enzymes digestives du pancréas, la pipérine améliore la capacité digestive et réduit considérablement le temps de transit des aliments gastro-intestinaux. Elle a été mise à profit pour améliorer la biodisponibilité d’un certain nombre de médicaments thérapeutiques ainsi que de composés phytochimiques grâce à son influence inhibitrice sur les réactions de biotransformation de la voie enzymatique dans le foie et l’intestin. Il inhibe fortement les hydrocarbures arylhydroxylées et glucoronyltransférases hépatiques et intestinales. La plupart des études cliniques sur la pipérine ont porté sur ses effets sur le métabolisme des médicaments.

Au cours de ses dernières années, le nombre d’études sur le poivre noir n’a cessé d’augmenter afin de comprendre ses mécanismes d’actions et dans l’espoir de traiter de nombreuses maladies.

Les propriétés du poivre

Le poivre est tout d’abord un stimulant digestif, favorisant la salivation comme la production de sucs gastriques. Cette épice contient de la pipérine, qui stimule la production d’endorphines (et lutte ainsi contre la dépression) comme des mélanocytes pour soigner le vitiligo. Fébrifuge, anti-inflammatoire et antibactérien, le poivre peut encore être utilisé en cas de fièvre, de douleurs dentaires ou rhumatismales, de contusions…

Utilisation interne

  • Stimulant : en favorisant la sécrétion de sucs gastriques, le poivre aide à la digestion. Son utilisation est indiquée en cas de nausées, ballonnements, flatulences, constipation et manque d’appétit.
  • Antiacide : un alcaloïde contenu dans le poivre, la pipérine, favorise la salivation et réduit ainsi l’acidité de la cavité buccale. Le poivre favorise la digestion et protège les dents.
  • Antidépresseur : la pipérine du poivre stimule la production d’endorphines.

Utilisation externe

  • Fébrifuge : dans le bain, l’huile essentielle de poivre stimule la transpiration et fait baisser la fièvre.
  • Affections cutanées : en stimulant les mélanocytes, le poivre soigne le vitiligo, une affection cutanée qui provoque une dépigmentation de la peau.
  • Anti-inflammatoire : en compresses froides, le poivre soulage la douleur et réduit les gonflements dus aux contusions. Il est aussi utilisé contre l’arthrite.
  • Antibactérien : il soulage les douleurs dentaires.

Avec mes salutations gourmet !

Commander directement votre poivre de Penja blanc ou noir dans notre boutique en ligne Terre & Saveurs

Pin It on Pinterest

× Comment puis-je vous aider ?